IST : traitement et prévention

À en croire les chiffres publiés sur les sites spécialisés qui rapportent que plus d’un million de personnes contractent chaque jour une IST, il semble relativement difficile de s’en protéger. En adoptant scrupuleusement certaines conduites comportementales et des gestes au quotidien, on arrive toutefois à ne pas en contracter, notamment les verrues génitales (pour savoir comment les traiter, cliquez ici).

Les IST en quelques chiffres

Il s’avère en effet que tous les ans, près de 360 millions d’individus contractent les principales IST que sont : la trichomonase, la syphilis, la gonorrhée et le chlamydiose. Plus de cinq cents millions de personnes sont aussi porteuses du virus HSV2, le responsable de l’herpès génital. Un peu moins de 300 millions de femmes à travers le monde souffrent en outre d’une infection génitale provoquée par un papillomavirus humain. Si ce dernier est particulièrement virulent, c’est parce que les IST qu’il provoque sont généralement asymptomatiques ou ne se manifestent que par des signes bénins. C’est la raison pour laquelle, elles ne sont pas prises en charge correctement ou sont complètement ignorées.

Les mesures de prévention

Pour éviter de contracter les IST dont la verrue génitale, la méthode la plus simple est de s’abstenir de tout rapport sexuel non protégé. Cela s’avère cependant difficile actuellement, la raison de miser sur une éducation sexuelle complète, ce, dès la puberté. Cela permet de faire entrer dans toutes les cultures existantes l’habitude de faire des dépistages avant et après tout rapport sexuel, protégé ou non. La dispense de conseils sur les rapports protégés en vue de la réduction des risques et l’usage massif des préservatifs en est une autre. Ceux-ci doivent essentiellement cibler les populations vulnérables comme les adolescents, ceux ou celles qui vivent de leurs charmes ou qui ont des rapports sexuels avec d’autres personnes de même sexe qu’eux, etc. Ces conseils doivent aussi se concentrer sur les consommateurs de drogue qui se servent d’outils non stérilisés et de ceux qui ont l’habitude de pratiquer les relations sexuelles génito-orales et autres. Outre leur enseignant à reconnaître les symptômes des IST et à les encourager, eux et leurs partenaires à consulter les médecins spécialisés, ces formations accroissent aussi leurs connaissances sur ces IST.

Les traitements

Les moyens les plus sûrs permettant de se protéger contre les IST restent ainsi les préservatifs. Avec, il est possible de se prémunir contre les verrues génitales et même le VIH. Il en est de même pour les préservatifs féminins quoique leur usage ne soit pas aussi généralisé que ceux pour homme. Si jamais, en dépit de ces précautions, on contracte toutefois une IST, des traitements efficaces permettent d’y venir à bout. À l’aide d’antibiothérapies à dose unique, on peut effectivement guérir 3 IST bactériennes telles que les chlamydiose, la gonorrhée et la syphilis et une d’origine parasitaire comme la trichomonase.

Cependant, les verrues génitales peuvent se guérir sans aucun traitement. En cas de manifestation virulente, il est conseillé de traiter en même temps les deux partenaires. Le traitement se fait en fonction de la forme, de la taille et de la localisation de l’infection.

Click Here to Leave a Comment Below 0 comments

Leave a Reply: